Trouver la santé et
le bien-être d'une
manière naturelle

 26-03-2014 

Retrouvez quelques huiles végétales oubliées !

 

   Tout le monde connaît et emploie les huiles d’arachide, de tournesol, d’olive et de colza... alors que beaucoup d’autres huiles végétales de grande qualité ont malheureusement tendance à être oubliées

 

  Certes, l’huile d’olive du régime méditerranéen et l’huile de colza pour ses Oméga 3 doivent constituer l’essentiel des apports lipidiques. 

   Toutefois, il faut tenir compte des apports nutritionnels différents de chaque acide gras, et des huiles qui se différencient entre elles par leur différentes teneurs : tels que acides gras saturés, acides gras mono insaturés ou polyinsaturés, mais aussi en vitamine E ou en substances actives diverses. 

   Sous cette optique, il est donc judicieux de varier l’utilisation des huiles végétales d’assaisonnement dans l’alimentation.

 

                           HUILE DE PEPIN DE COURGE

 

    La courge est connue pour être dotée de propriétés pharmacologiques diverses, et en particulier vermifuges.

   On retrouvera bien entendu ces mêmes vertus dans l’huile de courge, qui favorise, en plus, la prévention de la carie dentaire

   La présence d’acide oléique et linoléique permet d’équilibrer les acides gras insaturés














   L’huile vierge de pépin de courge biologique, qui présente une couleur caractéristique verdâtre avec des reflets rouges à la lumière, doit être consommée crue, seule ou en mélange avec une autre huile vierge comme l’huile de germe de blé ou l’huile d’olive.

 

                                 HUILE DE CARTHAME

 

   L’huile de carthame est l’huile végétale la plus riche en acide linoléique, un acide gras non synthétisé par l’organisme et devant être obligatoirement apporté par l’alimentation.

  

   



         Fleur de carthame







   Cette richesse en acide linoléique, pour peu qu’on la complète avec les autres acides gras indispensables, fait de l’huile de carthame un bon aliment de la peau et de la muqueuse intestinale.

   C’est une huile de faible acidité et au goût léger.

   Elle est souvent conseillée dans un régime surveillé en apport de graisses.

 

                                  HUILE DE SESAME

 

   L’huile vierge de sésame est une huile très intéressante au plan culinaire dans la mesure où son goût de noisette accompagne à merveille toutes les salades, crudités et plats chauds.

    Au plan nutritionnel, l’équilibre entre l’acide oléique et l’acide linoléique fait de ce produit une très bonne huile de table dans les régimes alimentaires qui ont pour but la prévention des maladies cardio-vasculaires et du mauvais cholestérol. En effet, la présence de lécithine, par son rôle d’émulsifiant, empêche le dépôt de cholestérol et de graisses saturées dans les artères.

   De plus, l’huile de sésame contient deux constituants totalement inhabituels dans les huiles végétales classiques, la sésamine et la sésamoline, qui lui confèrent un fort pouvoir antioxydant, et donc une grande stabilité à l’oxydation.

   Enfin, l’acide linoléique présent dans cette huile évite un épaississement de l’épiderme et une large augmentation de la perte en eau à travers la couche superficielle de l’épiderme. C’est pourquoi lorsque elle est employée en massage, elle augmente l’élasticité de la peau et ralentit le phénomène de vieillissement.

 

                                   HUILE DE SOJA

 

    L’huile de soja présente une grande richesse en acides gras essentiels, et en particulier en acide linoléique précurseur des acides gras supérieurs entrant dans la composition des cellules nerveuses et du cerveau, un acide gras peu répandu dans les huiles végétales.

    Elle est également riche en lécithines dont le rôle émulsifiant intervient lors de la digestion et participe au transport des esters du cholestérol, des sels biliaires et finalement des lipoprotéines.

    Enfin, l’huile de soja contient beaucoup de vitamine E qui, de plus, se trouve renforcée par l’action anti-oxydante des lécithines.

   Elle est donc conseillée dans les régimes de prévention du mauvais cholestérol et des maladies cardio-vasculaires.

 

                                  HUILE DE NOIX

 

   L’huile de noix est surtout recherchée pour son goût exceptionnel. Elle rehausse en effet toutes les saveurs.

  Il faut souligner que cette huile apporte un acide gras peu répandu et essentiel : l’acide alpha­linolénique dont la carence se manifeste par des dérèglements de la fonction visuelle et des fonctions cérébrales, surtout au moment de la croissance. 

   L’huile de noix contient aussi de la vitamine E. On ne l’utilisera jamais en cuisson.

 

                         HUILE DE NOIX DU BRESIL

 

   L’huile de noix du Brésil a une couleur jaune clair, une odeur douce et un goût très fin.

   Ces caractéristiques en font une huile idéale pour l’assaisonnement de toutes les crudités.

   C’est une huile qui est équilibrée en acides gras insaturés. Elle est notamment très riche en acide linoléique.

   Utilisée en massage, elle a la vertu d’assouplir la peau.

 

                          HUILE D’AMANDE DOUCE

 

   L’huile d’amande douce est connue depuis fort longtemps pour ses propriétés adoucissantes et apaisantes, en usage externe, sur les peaux sensibles telles que les peaux de bébés ou les peaux sèches.

   Cela étant, elle peut sans problème être utilisée en alimentation, notamment dans les desserts.

 

                            HUILE DE BOURRACHE

 

   L’huile de bourrache, elle aussi, peut indifféremment être utilisée par voie interne, seule ou en mélange avec d’autres huiles pour l’assaisonnement des salades, ou par voie externe, accompagnant des massages ou des frictions. Sa richesse réside dans l’acide gamma linolénique non synthétisé par l’organisme et dont elle peut contenir jusqu’à 21%.

   On la rencontre rarement dans la nature, sauf dans l’huile d’onagre qui peut en contenir jusqu’à 9%.

  Un apport supplémentaire interne et externe est donc vivement conseillé dans la mesure où cet acide gras essentiel est nécessaire au maintien de la structure de la membrane cellulaire. C’est d’ailleurs pour cette raison qu’il participe au maintien, à la souplesse et à la beauté de la peau.

   A ce sujet, l’huile de bourrache limite la perte en eau au niveau des couches supérieures de la peau, elle limite le développement de l’eczéma, améliore l’action du zinc dans les soins contre l’acné, favorise la cicatrisation, améliore les aspects secs et rugueux des peaux abîmées.

   C’est pour toutes ces raisons qu’on la recommande pour les peaux dévitalisées, fatiguées ou ridées.

 

                              HUILE DE NOISETTE

 

   L’huile de noisette est surtout connue pour son goût exceptionnel et sa finesse.

   Par ailleurs, cette huile assure un important apport en acide oléique qui s’avère fort utile dans le cadre d’une prévention de l’augmentation du mauvais cholestérol.

   Enfin, elle dispose d’un grand pouvoir de pénétration au niveau de l’épiderme et participe ainsi au maintien de l’hydratation.

 

                              HUILE D’ONAGRE


    L’huile d’onagre peut être utilisée par voies interne ou externe.

  La principale richesse de l’huile vierge d’onagre réside dans son acide gamma linolénique puisqu’elle en contient jusqu’à 9%, un acide gras que l’on n’avait rencontré que dans l’huile de bourrache.

   Tout comme cette dernière, l’huile d’onagre possède un excellent effet antivieillissement en limitant la perte en eau au niveau des couches supérieures de la peau.

 

                      HUILE DE CHARDON MARIE

 

   L’huile de graines de Chardon Marie a la particularité de contenir une substance active appelée silymari­ne, essentiellement connue pour protéger le foie.

   La silymarine détient surtout un effet d’action sur la membrane cellulaire rendant très difficile la pénétration des toxines à l’intérieur de la cellule.

   L’huile de graines de chardon-Marie est utilisée pour traiter la dyspepsie, les intoxications hépatiques, l’hépatite et la cirrhose du foie.

   De plus, cette même substance ralentit le processus de peroxydation des lipides grâce à un effet stabilisateur de la membrane.

   Cette huile a donc un pouvoir antioxydant et antivieillissement.

   De par sa teneur élevée en acides gras insaturés (22% de mono-insaturés et 57% de polyinsaturés), l’huile de Chardon Marie entrera sans problème dans la composition d’un régime alimentaire destiné â abaisser le taux de cholestérol ou à prévenir les maladies cardio-vasculaires.

   Cette huile fine, de couleur jaune doré, légèrement verdâtre, accompagnera toutes les salades et crudités.

   Pour conserver toutes ses propriétés et sa saveur, on évitera de la chauffer et on la maintiendra dans un endroit frais et sec après chaque utilisation.

 

                         HUILE DE GERME DE BLE

 

   L’huile de germe de blé est un complément alimentaire de tout premier ordre. Sa vitamine E la rend précieuse dans tous les régimes destinés à renforcer l’activité cellulaire.

   Elle est fortifiante et revitalisante.

   En usage externe, elle permet la prévention du desséchement et du vieillissement de la peau.

   En légers massages, elle a une action apaisante et adoucissante pour la peau.

   En faible proportion pour la confection des sauces de salade, cette belle huile orange au goût de céréale offre un apport significatif d’acides linoléique et linoléique qui complète l’action revitalisante de la vitamine E.

 

                       HUILE DE GERME DE MAIS

 

   L’huile de germe de maïs est une très bonne huile de table, agréable dans les salades, crudités et la mayonnaise. Elle s’utilise aussi dans la pâtisserie. 

   Présentant un bon équilibre entre l’acide oléique et l’acide linoléique, elle est donc conseillée dans les régimes à apport de graisses surveillé.

   Elle entre, d’autre part, dans la famille des produits prévenant les maladies cardio-vasculaires et favorisant la baisse du mauvais cholestérol.

 

                          HUILE D’OEUILETTE

 

   L’huile d’œillette est extraite à partir des graines du pavot (Papaver somniferum) et présente un goût très fin   permettant de l’utiliser crue pour l’assaisonnement des salades vertes et crudités.

   La présence d’acide oléique et le fort pourcentage en acide linoléique en font une excellente huile de table dans le cadre de la prévention des maladies cardiovasculaires et de l’augmentation du mauvais cholestérol.

 

                         LES HUILES GRILLEES

-       L’huile d’amandes douces grillées est surtout recherchée pour son goût exceptionnel. Elle parfume les crudités mais également les pâtisseries.

-       L’huile de colza grillé assaisonne à merveille les salades de pommes de terre et toutes les crudités.

-       L’huile de noisettes grillées est surtout connue pour sa finesse et son originalité.

-       L’huile de noix grillées est riche en acide alpha-linolé­nique, et ne doit pas être utilisée pour la cuisson.

-       L’huile de sésame grillé assaisonne à merveille les plats de la cuisine asiatique.